Ass. African Solidarité (AAS)

Burkina Faso
Domaine(s) d'intervention : AGR, dépistage, Plaidoyer, Prévention, prévention VIH/IST, prise en charge médicale des PVVIH, Prise en charge psychosociale, santé sexuelle et reproductive
Public(s) : tous publics, femmes, LGBTI, OEV, routiers, travailleur.se.s du sexe
Antenne(s) : Zorgho, Koupéla, Cinkinsé, Ziniaré

L’Association African Solidarité (AAS), fondée en 1991 au Burkina Faso a comme objectif de contribuer à l’insertion socio-économique de la jeunesse et la lutte contre les grandes pandémies.
En 1993, elle débute ses premières activités de sensibilisation sur le VIH/Sida aussi bien à Ouagadougou que dans les villes suivantes : Djibo, Ouahigouya, Garango, Tikaré, etc.

En 1998, elle fonde son premier centre de prise en charge globale des personnes vivant avec le VIH-SIDA : le centre OASIS. Les objectifs du centre concourent à améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec le VIH/Sida par une prise en charge médicale et psychosociale.

Les interventions du Centre OASIS

La Prévention / Dépistage :
Les activités menées dans le cadre de la prévention sont les causeries, les débats, la projection de films, les théâtres forums, des activités ciblant les travailleuses du sexe et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes.
Une unité fixe et trois unités mobiles font le dépistage du VIH auprès des populations entre les points de rassemblement (bars, maquis, marchés, services) de la ville et les localités reculées du pays.

La prise en charge globale des PVVIH :

  • Une unité de prise en charge psychosociale permettant d’offrir aux patients (adultes et OEV) un suivi global. Des entretiens personnalisés, des groupes d’auto-support, des visites à domicile et à l’hôpital, de l’appui alimentaire, de l’assistance sociale, des AGR, des micros crédits, de la consultation psychologique, du conseil juridique.
  • Une unité de prise en charge médicale : les consultations, les prescriptions médicales, les soins infirmiers, le suivi de l’observance des patients sous ARV.
  • Un dépôt pharmaceutique communautaire qui assure la délivrance des ordonnances prescrites par les médecins du centre.
  • Un laboratoire communautaire : les examens effectués sont le comptage lymphocytaire CD4, l’hématologie, la biochimie et le test de dépistage du VIH.

La prise en charge globale des OEV :
Le centre Alain BABILLOT est un cadre d’épanouissement des enfants. Les orphelins et enfants vulnérables du VIH/sida bénéficient d’un appui portant sur l’éducation, l’éveil, la scolarisation, le parrainage et beaucoup d’autres activités entrant dans le cadre du soutien psychologique, social et sanitaire.

L’aide à l’observance :
Les entretiens individuels, clubs d’observance, éducations thérapeutiques, et les consultations d’observance sont les activités menées.
La Maison d’observance Augustin ILBOUDO communément appelée maison de l’observance renforce les activités existantes portant sur l’observance des ARV. Son objectif principal est de permettre aux personnes sous TARV d’intégrer le traitement dans leur mode de vie. Regroupant l’ensemble des activités d’aide à l’observance, elle accueille des pensionnaires pour une durée de trois semaines renouvelable.

Activités génératrices de revenus :

  • Un cybercafé k@pote.com qui permet aux internautes et aux membres de l’association de naviguer à moindre coût
  • Cour des Métiers: atelier de couture « Couleurs positives », Savonnerie, Broderie, Imprimerie, Sérigraphie
  • Octroi de micros crédits POSITABLE, le label du commerce équitable de AAS
  • Ferme agropastorale


Plaidoyer :
AAS entend poursuivre et renforcer ses efforts pour :
-> La promotion du dépistage anonyme et volontaire
-> La communication pour un changement de comportement et la lutte contre la discrimination et stigmatisation des PVVIH
-> Un plaidoyer pour l’élargissement de l’accès aux ARV et d’autre soins pour les PV VIH et les OEV
-> Encouragement à la formation et à l’octroi de micro crédits pour la réinsertion socio-économique et professionnelle des PV VIH
-> Un plaidoyer pour un soutien accru à la scolarisation des OEV, à leur placement dans des centres de formation professionnelle et à leur encadrement psychoaffectif
-> La participation à des rencontres nationales et internationales
-> Des échanges d’expériences et de formation

Les interventions de l’association vont à l’endroit des personnes vivant avec le VIH/sida, et notamment des populations clés : des orphelins et enfants vulnérables, des travailleuses de sexe, des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, des orpailleurs, des détenus, des jeunes, des routiers, des commerçants, des personnes en uniforme et de la population générale.
L’accent est de plus en plus mis sur les routiers et les autres personnes mobiles ces dernières années.

L’AAS a su développer beaucoup de stratégies indispensables au bon fonctionnement d’une structure d’obédience communautaire. Aujourd’hui, son dispositif organisationnel et technique lui permet de répondre aux besoins des populations dans plusieurs localités du Burkina Faso. Concrètement parlant, AAS a travaillé à décentraliser ses services dans plusieurs provinces du Burkina pour se rapprocher des populations à la base. Dans ce sens, elle a développé des activités de proximité dans des centres de formation, des fermes pastorales, des kiosques santé, des unités mobiles de dépistage, des centres de prise en charge des PVVIH et de prise en charge des orphelins.

AAS dispose de cadres aménagés et d’équipements appropriés pour la mise en œuvre des activités.
Elle s’est dotée en outre, d’un personnel pluridisciplinaire et polyvalent (médecins, pharmaciens, infirmiers, psychologues, techniciens de laboratoires, juristes, psychologues, sociologues et des agents sociaux), qui s’activent au quotidien à l’atteinte des objectifs. Les bénéficiaires sont impliqués à la définition et à la mise en œuvre des activités.
Le mécanisme de suivi-évaluation permet de 
vérifier la fiabilité des données depuis les zones décentralisées. La gestion financière et comptable se fait à travers le logiciel TOMPRO. Aujourd’hui, une base de donnée informatisée a été mise en place pour la file active au niveau du centre Oasis pour permettre de suivre tous les patients d’abord dans le cadre de l’observance au traitement, ensuite dans le cadre de la recherche des patients perdues de vue : le logiciel ESOPE.

» consulter le rapport d'activité
  • SAMSUNG CAMERA PICTURES

Voir en plein écran
Domaine(s) d'intervention : AGR, dépistage, Plaidoyer, Prévention, prévention VIH/IST, prise en charge médicale des PVVIH, Prise en charge psychosociale, santé sexuelle et reproductive
Public(s) : tous publics, femmes, LGBTI, OEV, routiers, travailleur.se.s du sexe
Antenne(s) : Zorgho, Koupéla, Cinkinsé, Ziniaré