AINGA/AIDES

Madagascar
Domaine(s) d'intervention : dépistage, groupes de parole, observatoire communautaire, plaidoyer et droits humains, prévention/sensibilisation, prise en charge médicale, aide juridique
Public(s) : adolescent.es, personnes détenues, femmes, personnes LGBTQI, hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH/MSM), personnes transsexuelles, personnes travailleuses du sexe, personnes usagères de drogues
Antenne(s) : au niveau des si

L’association est née en 1996, fondée par un groupe d’étudiants souhaitant investir le champ du développement. À partir de l’an 2000, elle s’investit dans la lutte contre le VIH/sida. À travers ses diverses activités, AINGA/AIDES couvre 7 régions de Madagascar dont 9 districts et 30 sites communautaires.

AINGA/AIDES mène ses programmes via un réseau de pairs éducateurs. Elle est présente dans 4 centres de santé sexuelle. Dans le cadre du Programme de réduction des risques auprès des usager.es de drogue par injection, AINGA/AIDES est actuellement la seule association conduisant le Programme d’échange de seringues (PES). Elle a implémenté le premier programme d’échange de seringues (PES) en 2009 en commençant par une région avant de l’étendre à 3 autres. Ce service touche plus de 700 bénéficiaires à travers des sites d’échanges intégrés dans des structures publiques. Au total, ce sont 1 300 bénéficiaires que touche le Programme de réduction des risques. Depuis 2016, l’association a instauré une nouvelle stratégie de PES mobile, notamment en utilisant l’approche ‘backpack’ (pairs éducateurs avec sacs à dos) destinée aux usagers de drogue qui ne fréquentent pas les lieux de soins.

Face à la forte criminalisation de l’usage de drogue à Madagascar, l’association a aussi joué un rôle prépondérant dans le plaidoyer en sensibilisant les autorités à différents niveaux pour mettre en œuvre sans incidence les interventions y afférentes et améliorer le contexte de vie des usagers.

L’association intervient dans 12 établissements pénitentiaires à travers le plaidoyer pour faciliter l’accès aux soins et la prise en charge des personnes détenues, l’éducation par les pairs, la distribution gratuite de préservatifs (dans certains établissements seulement), la formation et la sensibilisation des chefs d’établissement et des agents pénitentiaires, la formation et la sensibilisation des personnels médicaux/infirmiers des établissements, une campagne de dépistage et d’accompagnement vers les services de prise en charge.

Après un renforcement de capacité offert par la Fondation de France en 2017/18, l’association s’investit actuellement dans la lutte contre la violence basée sur le genre.

En sa qualité de membre de la Plateforme Océan Indien (PFOI), AINGA/AIDES a également bénéficié de l’appui de la plateforme dans le passé. L’association a notamment bénéficié de la formation dispensée par la PFOI sur le dépistage démédicalisé à Madagascar.

Domaine(s) d'intervention : dépistage, groupes de parole, observatoire communautaire, plaidoyer et droits humains, prévention/sensibilisation, prise en charge médicale, aide juridique
Public(s) : adolescent.es, personnes détenues, femmes, personnes LGBTQI, hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH/MSM), personnes transsexuelles, personnes travailleuses du sexe, personnes usagères de drogues
Antenne(s) : au niveau des si