Financements

La question du financement de la lutte contre le sida dans les pays d’Afrique francophone est un défi majeur, renvoyant à la responsabilité de la communauté internationale.

Les progrès réalisés dans la riposte mondiale au VIH/sida sont toujours menacés quand les financements nationaux et internationaux ne sont pas à la hauteur des enjeux ; et les promesses d’accès universel et de passage à l’échelle n’ont pas résisté pas aux logiques économiques. Or, pour parvenir à des taux de couverture nationaux toujours plus importants, ou à la baisse des prix des traitements et pouvoir enfin penser à la fin du sida, les acteurs de la lutte se heurtent à la question de la mobilisation des ressources financières.

Au niveau international, les activistes de la lutte contre le sida mène un combat acharné pour l’augmentation des ressources financières et la promotion de mécanismes de financements innovants, outils ne pouvant être que complémentaires pour diversifier les ressources nécessaires à la lutte contre le sida.
Au rang des efforts à poursuivre, au niveau national, les gouvernements africains s’étaient engagés en 2001, dans la Déclaration d’Abuja, à octroyer 15% du budget de l’Etat au secteur de la santé.

Focus sur le Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose

Le Fonds mondial est une institution financière internationale créée en 2002, qui promeut la création de partenariats entre les gouvernements, la société civile, le secteur privé et les communautés affectées, ce qui constitue la manière la plus efficace de connaître les besoins.

Le Fonds mondial est aujourd’hui un financeur majeur dans la plupart des pays d’Afrique, sur les trois maladies avec une approche novatrice de financement international de la santé, basé sur un certain nombre de principes dont :
– les partenariats (entre les gouvernements, la société civile, le secteur privé (entreprises et fondations) et les communautés touchées par la maladie,
– le respect de la souveraineté nationale,
– la complémentarité par rapport aux autres initiatives existantes,
– le financement axé sur les résultats,
– la transparence et la responsabilité.

>> Les demandes de financement se font aujourd’hui dans le cadre du nouveau mécanisme de financement, en vigueur depuis 2013.
Accédez aux documents sur le nouveau modèle de financement.

>> AIDSPAN, l’Observateur indépendant du Fonds mondial, lance sa lettre d’information en français.